Je viens d’la voix… – Vinc de la veu…

JE VIENS D’LA VOIX D’LA VOIX D’LA VOIX D’LA VOIX…
traduit par Anne Bats

Je viens d’la voix d’la voix d’la voix d’la voix
qui – tire tire – sort du fond du cou
du bisaïeul de l’aïeul qui s’assoit
devant sa porte et qui te dit « Bonjour ! ».
C’est cet ancien à tête de savate,
on dirait qu’il est mort, tout ce qu’il fait
c’est regarder et s’essuyer la bave.
On dit que c’est un sag’, qu’il parle anglais.
Et qu’avant lui son père et puis le père
de ce père et le pèr’ de celui-là
et – tire tire – : une sage saga.
Il pens’ toujours, alors il sait se taire.
Tout ce qu’il voit, il sembl’ le découvrir,
quand tu le vois, soudain tu sais le prix
de chaque éclat de poussièr’ de la vie,
de chaque jour, de la sèv’ qu’on en tire.
Il est planté. Et il te dit « Bonsoir ».
Quand tu reviens, alors le vieil esprit
du « tire tire » te transporte à la foire
d’où sort la voix de la voix de la voix.

* * *

VINC DE LA VEU DE LA VEU DE LA VEU…
Josep Pedrals

Vinc de la veu de la veu de la veu
que -vés tirant- surt del fons de la gola
del rebesavi de l’avi que seu
al seu portal i quan passes diu “Hola!”.
És aquell vell amb el cap de sabata
que sembla que estigui mort, no fa res
més que mirar i eixugar-se la bava.
Diuen que és savi, que sap parlar anglès
i que, com ell, el seu pare i el pare
d’aquest seu pare i el pare d’aquest
i -vés tirant- és de sàvia nissaga.
Ell sempre pensa, perxò està tan quiet.
Redescobreix cada cosa que mira
i quan te’l mires, de cop, saps el preu
de cada espurna de pols de la vida,
de cada dia, del suc que se’n treu.
Ell, palplantat. Passes i et diu “Adéu”.
I és en tornar quan la vella guspira
del “vés tirant” et transporta a la fira
d’on surt la veu de la veu de la veu.

Anuncis

Els comentaris estan tancats.

  • Contacte:

    joseppedrals@hotmail.com
%d bloggers like this: